E. coli infectie

Escherichia coli est une bactérie ubiquitaire. Elle fait partie de la flore normale de la partie distale de l’intestin grêle et du gros intestin chez les animaux à sang chaud.
Le syndrome diarrhéique du veau nouveau-né est la principale maladie provoquée par des souches pathogènes d’E. coli. Ces dernières sont également responsables d’une septicémie chez les veaux et d’une mammite chez les vaches laitières. Comme elles excrètent certaines toxines, les bovins infectés ainsi sont aussi une source potentielle d’infection humaine.

Causes

E. coli est un bacille Gram négatif.
Seuls certains types d’E. coli sont pathogènes. Le germe est ubiquitaire et est normalement présent dans le gros intestin. Certaines caractéristiques de la bactérie expliquent sa pathogénicité. A l’aide des antigènes contenus dans sa capsule, la bactérie peut venir se nicher dans les villosités et les cellules intestinales, dont les sécrétions sont stimulées.
E. coli peut par ailleurs également produire des toxines. Les toxines ou le germe dans sa totalité peuvent pénétrer dans le sang et ainsi atteindre les organes, y compris le système nerveux central, ce qui pourrait alors entraîner une bactériémie, une septicémie ou une toxémie.

Symptômes

E. coli provoque une diarrhée néonatale du veau dans la première et la deuxième semaine. La période d’incubation est de 24 à 48 heures. Les veaux présentent une diarrhée aqueuse jaune grisâtre, parfois striée de sang. La température corporelle n’augmente pas toujours. Les veaux se déshydratent en raison de la forte perte en eau et en électrolytes. L’épaississement du sang entraîne des problèmes de circulation sanguine. Une acidification du sang (acidose) apparaît. La maladie dure de 3 à 6 jours dans sa forme aiguë. Les veaux qui survivent à cette pathologie, dépérissent et peuvent encore mourir dans les semaines qui suivent.

Diagnostic

Un dépistage bactériologique d’E. coli s’avère nécessaire. Comme la bactérie est également présente dans la flore intestinale normale, le diagnostic ne peut être sûr que si les caractéristiques pathogènes directes et indirectes (marqueurs de virulence) sont démontrées.
Les symptômes associés à l’âge de l’animal font suspecter une infection colibacillaire. L’autopsie ne révèle aucune lésion typique.
Il convient d’établir une distinction entre des infections mixtes et une contamination simple par E. coli. Le diagnostic différentiel porte sur la salmonellose, la campylobacteriose, la maladie des muqueuses (virus BVD), et d’autres viroses intestinales. Par ailleurs il convient de rechercher des causes non-infectieuses telles que des maladies liées à l’alimentation ou à l’hygiène.

Soutien

Il importe de pallier rapidement la perte d’eau et d’électrolytes corporels. A cette fin, Bayer a développé un complément alimentaire efficace (Glutellac®) pour soigner les veaux diarrhéiques.

Chercher