Salmonellose

Les salmonelles sont présentes dans le monde entier. On en recense quelques centaines de types.
La salmonellose bovine est une maladie bactérienne qui peut affecter les bovins dans n’importe quelle tranche d’âge. Ce sont les veaux qui subissent les pertes les plus lourdes .

Causes

La salmonellose bovine est principalement causée par S. typhimurium, S. dublin et S. enteritidis.
La salmonellose se manifeste habituellement comme une maladie gastro-intestinale (abomasite). On note parfois l’apparition d’infections septicémiques avec extention à différents organes.
Il n’est pas rare de constater que la maladie affecte tous les animaux de l’exploitation.
Les ruminants, de même que d’autres catégories d’animaux telles que les oiseaux, le gibier et les rongeurs, constituent des réservoirs connus. L’alimentation peut également servir de vecteur à cette maladie. Les animaux en pâturage sont fréquemment contaminés après des inondations.
Une bactériémie ou une septicémie peuvent survenir, selon l’état du système immunitaire. Dans ce cas, le degré d’infection est un facteur déterminant.

Symptômes

Dans la forme aiguë septicémique, qui peut être fatale en quelques jours, un veau ou plusieurs veaux l’un après l’autre sont en général atteints de fièvre et d’une entérite, caractérisée par une diarrhée jaune, fétide, souvent sanglante. On note parfois la présence de fibres ou de membranes dans les matières fécales. Dès les premiers signes de la maladie, l’état général se dégrade fortement et la mort peut survenir en 1 à 2 jour(s). Dans de nombreux cas de la salmonellose à S. dublin, des avortements se déclarent après 4 à 5 mois de gestation, ainsi qu’une inflammation articulaire (arthrite) et une inflammation des tendons (ténosynovite), plus rarement une pneumonie et une mammite chez les vaches en lactation.

Diagnostic

Les signes cliniques de la salmonellose n’est pas univoque. Les animaux suspects présentent une forte fièvre avec de l’abattement et une diarrhée hémorragique.
L’examen bactériologique des matières fécales permettent de définir le sérotype ou au moins le sérogroupe de la salmonelle et d’établir un diagnostic. Plusieurs examens coprologiques sont nécessaires pour identifier les excréteurs chroniques de salmonelles. À l’autopsie, le germe est présent dans le contenu intestinal, la bile, le foie, les reins, les ganglions lymphatiques et la rate. On constate une diarrhée hémorragique, accompagnée de saignements de la muqueuse de la vessie, d’une inflammation de la vésicule biliaire (cholécystite) et d’une tuméfaction de la rate. Le risque d’infection réside surtout parmi les excréteurs chroniques latents de la bactérie.
Il convient d’établir un diagnostic différentiel entre les infections à salmonelles et tous les troubles intestinaux parasitaires, les déséquilibres nutritionnels, le virus BVD et éventuellement aussi la paratuberculose.

Prophylaxie

Les possibilités concernent la gestion des pâturages (par exemple le drainage, la séparation des prairies humides qui sont souvent inondées), la prévention des contaminations par la grande douve du foie, l’achat de quelques animaux cliniquement sains, la mise en quarantaine des veaux achetés et l’examen coprologique chez les veaux suspects.

Chercher